La lectio divina             

(lecture méditée de la Bible)  
La spiritualité cistercienne donne une large place à la contemplation et à la prière.
Celles-ci peuvent prendre la forme de la lectio divina.
La pratique fréquente de la lectio (si possible journalière) est un chemin privilégié pour une rencontre avec le Seigneur.
A travers la lectio divina  nous cherchons à nous rendre disponible à ce que dit le texte, en veillant à le comprendre, à en prendre toute la mesure, pour mieux écouter ce que Dieu a à nous dire.
Nous laissons le Seigneur advenir en elle, agir sur nous et transformer peu à peu notre existence.

 

Prier avec les psaumes

On peut lire un ou plusieurs psaumes, une ou plusieurs fois par jour, les psalmodier ou les chanter.
On peut le faire librement ou suivre les heures liturgiques, reprendre les psaumes qui nous parlent le mieux ou adopter l’ordre proposé par Cîteaux ou par l’Eglise dans le Livre des heures.
Chacun trouve le rythme et la forme qui conviennent à sa situation.

Le travail     

Dans la tradition cistercienne, le travail n’est jamais dissocié de l’ascèse, du partage, de la prière, de l’offrande.

Dans la vie professionnelle, le travail contribue à construire le monde. Il est un espace de rencontre, de témoignage, et de partage.
Dans la vie communautaire il est source d’équilibre et construit la communauté.
Le travail des mains implique le corps, il est principalement physique, il peut aussi être intellectuel et créatif.

 

La vie fraternelle

La vie fraternelle s’exerce principalement dans le groupe de base et dans les temps communs vécus à la Grange.
Elle inclut également l’hospitalité, l’accueil de l’autre.  

La vie fraternelle est le terrain d’expérimentation privilégié de notre conversion.
Elle est une école d’humilité. Au travers de la vie fraternelle, l’autre est à la fois celle ou celui contre qui je bute, qui limite mon ego, et celle ou celui qui m’aide à progresser.
Elle est une école de la connaissance de soi-même car elle me permet d’évaluer qu’il y a souvent trop de distance entre mes intentions et ma façon de vivre, mes paroles et mes actes.
Elle est une école de vie évangélique dans la découverte que Dieu habite chez les autres et dans l’apprentissage du don de soi.

 

La simplicité de vie
"On donnait à chacun selon ses besoins"  Actes ch 4, 35

Devenir et rester vigilant dans les domaines de l’avoir, du pouvoir et de l’être.
Chercher tout ce qui peut  nous libérer des obligations que nous nous créons.  
Oser aller à contre-courant de la culture ambiante ou du moins prendre de la distance.
Vivre le détachement et le partage dans l’acquisition légitime des biens.
Apprendre à discerner entre le nécessaire, l’utile, l’inutile et le superflu.
Faire de notre pouvoir (même infime) un service.
Se laisser transformer par les évènements, la Parole.
Donner place à l’arrivant.
Mettre en commun ou partager (des frais, des biens, des voitures, du temps, des livres, des savoirs ou autres…)
Découvrir et recevoir comme un don à aimer nos pauvretés, qui ne sont pas nécessairement matérielles.
Pratiquer l’humour envers soi

 

L’ ascèse    
L’ascèse est un dynamisme qui aide à enlever de notre vie ce qui l’alourdit.

Au travers du rythme de vie
Ne pas se laisser déborder par le rythme du travail ou des activités diverses.
Refuser l’hyper activisme et savoir dire non.
Chercher le juste temps de sommeil : celui qui nous permet de refaire nos forces nous rendant disponible au bon  moment lorsque quelqu’un a besoin de nous.
Se poser dans le calme, laisser Dieu nous rejoindre.
Devenir veilleurs pour rejoindre les cris de notre monde et les priants de notre temps.

Au travers de notre intelligence
Nourrir notre esprit par la lecture et l’étude régulières.
Partager notre savoir et aider d’autres personnes à accéder à la culture.
Laisser notre esprit se reposer en laissant Dieu ouvrir notre cœur à l’intelligence des Ecritures

Au travers de la nourriture 
Donner à notre corps une nourriture suffisante, saine, sans excès.
Pratiquer le jeûne avec réflexion et mesure.
Moins manger ou jeûner : donne d’éprouver le manque.  
Le jeûne nous situe en communion dans la proximité des affamés de pain, de justice, d’affections, d’amour, de paix…et nous introduit à un partage.

Au travers de l’hospitalité
Accueillir, recevoir, s’enrichir de tout.
Simplifier les manières de recevoir, d’être reçus. Se libérer de certaines convenances mondaines.
Servir, sans emprisonner l’autre dans notre besoin d’être utile.
Se laisser accueillir, servir, aider comme un pauvre
Regarder celui qui vient comme le Christ

Au travers du silence
Se libérer de trop de bruits, de trop d’activités  qui dispersent, de trop d’images, trop d’objets, d’occupations, de lectures, qui nous reliant sans cesse aux activités de la société, nous donnent l’illusion d’exister et d’être indispensables.
Quitter ce temps de l’instant pour entrer dans le silence qui dure.
Au milieu de ce qui nous occupe introduire un regard qui contemple Dieu présent et à l’œuvre.

Au travers de la parole
Rechercher la sobriété dans nos paroles et nos interventions.
" Mettre une garde à nos lèvres…" (Ps 140)
Nous imposer d’être attentifs à ce qui peut, dans nos paroles et nos actes, respecter l’autre, l’aider à se construire, ou le gêner, l’égratigner.
Prendre garde à la curiosité pour mettre à la place la discrétion  bienveillante.
Soigner notre parole par la Parole de Dieu pour réformer notre langage