Le charisme cistercien

 

 

 

Le charisme Cistercien prend corps  en 1098. Des hommes, moines à Molesme (Côte d’Or), cherchent à  retrouver l’esprit de la Règle de Saint Benoît et à en vivre.
Ils souhaitent " vivre pauvres avec le Christ pauvre ". Ils quittent Molesme qui ne leur permet pas  de vivre selon ces désirs, et viennent s’établir en " un endroit désert appelé Cîteaux " " un lieu d’horreur et de vaste solitude " (Petit Exorde et Dt 31, 10)
Une vingtaine de moines  suivent  Robert, Albéric, Etienne  qui  seront tour à tour les trois premiers abbés.
Tous ensemble ils  fondent le " Nouveau monastère " le 21 mars 1098.
Robert rappelé à Molesme en 1099  repart avec " quelques  moines qui n’aimaient pas le désert ". Albéric lui succède. Il est celui dont on dit qu’il
"aimait la Règle et les frères " Il consolide les bases du nouveau monastère  et  déplace l’implantation des bâtiments jusqu’au lieu actuel.
Etienne Harding prend la relève en 1108. Il est dit de lui qu’il "aimait la Règle et le lieu ". Il va donner à l’Ordre  la "Charte de Charité ", toujours en vigueur.
Lorsque Bernard arrive en 1112 avec une trentaine de compagnons, tout est en place pour que l’élan soit donné.

                                                                                       

DSC04867

La vie cistercienne va se répandre à travers tout le continent européen           
A la fin du XII ème siècle, L’ordre de Cîteaux compte 500 monastères d’hommes à travers toute l’Europe.
Aujourd’hui, la  famille cistercienne  compte environ 320 communautés  monastiques.
Certaines communautés ferment, d’autres se regroupent, d’autres enfin naissent comme en 2009 en Norvège le nouveau monastère de " Munkeby Mariakloster " en filiation de N.D de Cîteaux.
En 1998, à l’occasion du 900è anniversaire de la fondation de Cîteaux, des  laïcs sont accueillis comme le dernier rameau né sur l’arbre de la famille cistercienne.
Une centaine de groupes de laïcs cisterciens existent dans le monde.
               Les moines et les moniales partagent ce qu’ils ont de très précieux : le charisme dont ils vivent.
               Avec les  laïcs cisterciens le charisme sort du seul modèle de vie monastique.